Au fil de l'eau à bord de ISLANDS COYOTE

Voyage autour du monde sur le catamaran Islands Coyote en famille. Départ du voyage : Ile Maurice.

04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)

Nous sommes maintenant à Richards Bay depuis le 11/11/2013, nous allons y rester un peu.... Nous attendons une bonne fenêtre pour repartir pour Durban. Plus on attend, mieux c'est, car on arrive dans l'été et comme nous ne sommes pas pressés....En attendant, on répare, on se repose, on travaille (école) et on visite un peu.

A la marina où nous sommes, de nombreuses familles de singes se promènent tout au long de la journée, il y en a même qui se baladent sur les bateaux et ne ratent pas de chiper, à la première occasion, nourriture ou autre....
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
La semaine dernière nous sommes allés deux jours dans le parc animalier Hluhluwe Umfolozi pour voir les animaux sauvages. Nous avons loué un minibus avec 2 bateaux copains et Pascal à fait le chauffeur et le guide ! Nous avons dormis dans un hôtel à l'intérieur du parc. Nous avons pu voir des girafes, des zèbres, un éléphant, des rhinocéros, des antilopes, des Buffalos, des singes, des tortues.... que des animaux sauvages et en liberté. C'était très chouette !!!!


Voilà le récit de notre sortie au Parc Hluhluwe merveilleusement raconté par Domi (l'homme aux lunette à côté de Pascal sur la photo du minibus). L'occasion de bien se marrer..... 

"Mardi 19 Novembre 10h; Pascal ayant été élu à l'unanimité "chauffeur de l'année" pour les deux jours à venir, c'est à lui que revient l'insigne honneur de risquer son permis, et la caution qu'il a imprudemment laissée à la boite de loc de bagnoles, en conduisant notre troupeau touristiquo-familial vers le parc Lhulhuwe, à bord de notre minibus. Chemin faisant, au gré des vagabondages de mon esprit, j'en viens à me demander qui, des big five, ou de notre tribu, sera le plus étonné de rencontrer l'autre.....sachant que notre troupeau se compose de trois pirates, trois coyotes, et seulement deux individus absolument normaux, mais moins jeunes (surtout une....).

C'est après trois heures de route ( pour quatre vingt kilomètres.....), que nous découvrons, émérveillés, le camp de base que les filles ont réservé hier par téléphone. Poussant l'huis de bois qui clôt l'habitation principale, notre joie collective franchit encore quelques degrés supplémentaires lorsque nous apercevons le bar particulièrement garni.....mais...., si le bar est bien achalandé, c'est sans doute que quelqu'un s'est chargé de cette tâche.....et donc, il se pourrait bien que ce "quelqu'un" se soit aussi permis d'envahir nos chambres et nos salles de bains.....eh, bien justement!.....ce qui signifie clairement que c'est pas là qu'on habite! Bon, bref, pour finir, nous nous retrouvons au très traditionnel et fréquenté "Hilltop camp", en compagnie d'une foule de clampins dans notre genre, tous venus organiser ici leur petit confort perso, avant d'aller traquer la bébette dans le bush, le Nikon bien installé sur la protubérance abdominale.

Pour être honnête, je dois dire que nous y sommes fort bien, dans ce lodge, et que notre réserve de bonne humeur ne semble pas devoir s'approcher de la cote d'alerte avant "un certain temps".....

Hluhluwe park, est une modeste prairie de 96000 hectares, garnie d'une grande quantité d'animaux qui y vivent plus en liberté que nous, car nous sommes censés ne jamais sortir du camion, et ne pas nous approcher trop près des grosses bestioles. Notre cher Pascal, lui, le règlement, y se torche avec, et donc, zyva tout près des girafes, des buffles, des zèbres, et pas bien loin des rhinocéros. Dès qu'on s'arrête, les trois quarts de notre équipe de comiques descend du vésicule faire crépiter le Pentax....

Mercredi 20, 16h; le show du pachyderme. Depuis ce matin, nous sillonnons le parc de long en large inspectant minutieusement chaque crotte d'éléphant pour tâcher d'en dater la ponte, détaillant la position de chaque branche cassée, ou trace de pas dans la gadoue, à dessein de déterminer l'emploi du temps récent de quelque bête à trompe que nous brûlons de surprendre en pleine libation, voire pire......Las, chaque point d'eau apporte une nouvelle déception; les gros mammifères nous boudent manifestement, et ce, sans raison apparente, alors quoi? les plus pessimistes de nos broussards ont déjà commencé à se faire à l'idée que l'éléphant restera absent de nos souvenirs Lhulhuwesiens.....C'est sans compter sur le sens du spectacle et de la facétie de ces charmants petits animaux de compagnie.

Soudain, un cri déguenille le non-silence pesant qui règne à l'intérieur de notre camion, et dont on n'arrive jamais à se départir pour la simple raison qu'il faut tout le temps que quelqu'un(e) ramène sa fraise....."làaà, à gauche....."; c'est Cyril qui s'exprime de cette voix, enrouée par le rhum de basse qualité et toute cette sorte d'alcool frelatés qu'il affectionne de partager avec nous (comme dit Malou:" celui qui n'a pas d'ami, y connait pas son bonheur...."). Et donc, qu'est-ce qui motive ce magnifique Cyril's song? un éléphant bien sûr, parfaitement énorme et majestueux et impressionnant et pas loin de la bagnole; il ralentit sa progression car nous sommes stoppés à peu près à l'endroit où il aurait bien eu envie de passer, et donc, ce ne serait pas plus mal de bouger un peu avant que d'agacer l'pépère. Par chance, notre super-Pascal-chaffeurman conserve un minimum de lucidité, malgré la fatigue dûe....on se demande un peu à quoi, et il déplace un peu notre charrette afin que tout se passe en douceur; ainsi, tout va pour le mieux dans le meilleur des bush. Les appareils photos crépitent comme des façades, et ça fait qu'on va pouvoir rentrer chez nos canotes, car il se fait tard.

Hélas on n'a pas vu le lion; il semblerait que depuis qu'il s'est fait un peu ridiculiser par le ouistiti dans cette regrettable affaireX qui a fait la une des journeaux de brousse, il a un peu la honte et il boude. Bah, qu'importe; nous avons tout de même eu notre dose de buffles, rhinocéros, phacochères, pintades et bousiers (voir photo).....

ah, le bousier!!!! quel talent! et quel mérite de faire montre d'une telle joie de vivre, d'un tel enthousiasme, malgré ce qu'il faut bien appeller "une vie de merde". C'est là que nous pouvons mesurer avec un triple décamètre à coulisse la chance qui est la nôtre de pouvoir nous émouvoir devant l'opiniâtreté, l'habileté, la poésie même, de ces adorables coléoptères, qui, en couple, allient leurs efforts pour véhiculer, en les poussants pour les faire rouler, des fragments de crottes d'éléphants, qu'ils transforment ainsi en sphères brunes d'environ soixante neuf millimètres de diamètre: "des bouzes de pétanque", comme disent les zoulous. Comment se fais-ce qu'aucun poète n'ait pensé à louer cet instant magique où l'on voit pour la première fois s'animer devant nos yeux hagards une bouse grosse comme un ballon de foot, un peu comme si un petit coeur de merde palpitait à l'intérieur? quelle émotion! Par chance, notre ami Cyril en connait un rayon sur tout ce qui est merdique, et il nous le prouve immédiatement en nous fournissant moultes explications sur ce petit être fascinant, ainsi que façonnant et trébuchant. Quel persévérance! Parfois, lors d'un franchissement de bosse, à deux doigts du succès, le bousier pousseur en pleine extension cependant que son pote (ou sa meuf peut-être....) est au rappel en haut à gauche, la satanée shère de caca bascule, repartant en arrière avec ses deux verrues noires accrochées fermement dessus comme des morpions sur une boulette turquoise de singe mâle.....on a pitié; on voudrait aider même; mais, bon, ça colle....alors on prend sur soi, et on poursuit la visite du parc, le coeur serré de notre manque de générosité....surtout que, pendant ce temps-là, l'heure avance, et celle de l'apéro pointe son museau humide à l'horizon....alors, "en voiture".

Pascal reprend le volant, et ramène tout son monde à Richard's bay, fredonnant à tue-tête ce refrain de circonstance: "tiens voilà mon zèbre, zèbre, zèbre....", afin de ne pas entendre le gamin qui réclame qu'on s'arrête pour pisser.....ça se croit tout permis les mômes...."
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
Notre escale à Richards Bay a été l'occasion de plusieurs soirées entre amis que nous avons beaucoup appréciées.

Le 29 novembre à 4 h 00 du matin, départ pour Durban.
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
04. AFRIQUE DU SUD : RICHARDS BAY (DU 11/11 AU 29/11/213)
Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :